"BONNE CHANCE 2018"

n

n

 

Aucun texte alternatif disponible.

vu les temps qui courent 
je vous souhaite à tous
BONNE CHANCE 2018"

"on m'a fait remarquer ce matin qu'il fallait dire "bonne année",et,que comme pour bonjour,même si on en à rien à foutre,on était obligé.Je propose donc le compromis suivant : joyeux rien à foutre à tout le monde"

« Vivre le temps des troubles », de Thierry de Montbrial, Albin Michel, 170 p., 15 euros

Le monde est définitivement passé à 2018

Midi à Paris, minuit aux Samoa américaines : le monde est désormais passé en 2018. Bonne année à tous !

infographie

Au revoir 2017, bonjour 2018, le monde est entré dans une nouvelle année​ .Vu le temps actuel, je souhaite une année aussi chaotique que l'année 2017 :)

2017 ait été une année marquée par les guerres, les mensonges et les injustices et a invité tout un chacun à assumer la responsabilité de ses actes.

 les êtres humains avaient «défraîchi et blessé» l'année qui s'achève «avec des oeuvres de mort, des mensonges et des injustices».

Les guerres, a-t-il dit dans son homélie, sont «le signe flagrant de cet orgueil récidiviste et absurde» de l'homme mais d'autres offenses ont causé «de nombreuses formes de dégradation humaine, sociale et environnementale».

Les élections qui vont marquer l'année 2018

Les élections qui vont marquer l'année 2018

États-Unis, Venezuela, Russie, Irak, Afghanistan... Dans de nombreux pays, 2018 sera synonyme de votes. Qu'ils portent des espoirs de changement ou consacrent au contraire l'ordre établi, Le Figaro fait le point sur les scrutins importants de l'année.

Le Willem du jour

Les voeux d'Emmanuel Macron

Les transformations, comme celles engagées à l'école, au travail, sur le climat «se poursuivront avec la même force en 2018», a ajouté le chef de l'Etat dans son message diffusé en direct de l'Élysée, ajoutant qu'il n'arrêtera «pas d'agir» malgré les voix «discordantes». Le président a aussi réclamé dimanche le soutien des citoyens européens pour retrouver «l'ambition européenne» et «dessiner un grand projet» pour l'Europe. Emmanuel Macron a redit son engagement «d'apporter un toit» à «toutes celles et ceux qui sont aujourd'hui sans-abri».

Macron face au piège Assad en 2018 ( extrait de Jean-Pierre Filiu)

Face caméra, des Syriennes témoignent des viols et des déshonneurs subis dans les geôles de Bachar el-Assad. Un documentaire exceptionnel, que Télérama.fr vous propose de voir en avant-première, avant sa diffusion sur France 2 jeudi 7 décembre.


 

Exceptionnel par sa portée, ce film est le fruit d’un travail à six mains, avec Annick Cojean, grand reporter au Monde, et Souad Wheidi, chercheuse. Fragmentation des corps, effondrement des esprits : dès qu’il s’agit de traduire l’indicible, Manon Loizeau dissémine, entre les témoignages et les silences, des bribes de paysages, un mur en ruine, des oiseaux dans le ciel. Un portrait de femmes héroïques, plus encore que victimes.

La Syrie au cœur de l'actualité de 2017 - France Inter

Syrie : l'embargo passoire - France Inter

L'État hébreu soupçonne le Hezbollah d'avoir truffé les villages situés de l'autre côté de la ligne de cessez-le-feu de sites de lancement de roquettes. Alors qu'un minutieux travail de déconfliction est mené de part et d'autre, chacun sait que la prochaine guerre fera beaucoup plus de dégâts que la précédente.

Kim Jong-Un : «Il y a toujours un bouton nucléaire sur mon bureau»

Kim Jong-Un : «Il y a toujours un bouton nucléaire sur mon bureau»

À l'occasion de ses vœux du Nouvel An, le dirigeant nord-coréen a affirmé que son pays était devenu une puissance nucléaire capable de frapper les États-Unis. Kim Jong-Un a par ailleurs tendu la main à ses voisins de Corée du Sud. Double discours à Pyongyang. Comme la plupart des chefs d'État du monde, Kim Jong-Un a sacrifié à la tradition des vœux du Nouvel An retransmis à la télévision. Le dirigeant nord-coréen s'est d'abord attaqué aux États-Unis. Les relations entre le troisième représentant de la dynastie Kim et le président américain Donald Trump, qui se sont verbalement affrontés tout au long de l'année 2017, sont notoirement exécrables.

L'Iran est le théâtre depuis jeudi de protestations contre les difficultés économiques et contre le régime. Dix personnes ont été tuées dimanche soir. Les heurts et le manque de structure du mouvement pourraient le desservir.

A la recherche d’un nouvel ordre mondial

Dans un essai géopolitique, Thierry de Montbrial, président de l’Institut français des relations internationales (IFRI), ausculte les enjeux de gouvernance d’un monde de plus en plus mouvant Par Marc Semo

Déchiffrer un monde en train de basculer et analyser les nouveaux défis qui se posent à une gouvernance mondiale encore balbutiante : tel est l’objectif pour le moins ambitieux de Thierry de Montbrial dans un essai ramassé et alerte qui veut penser à nouveau la longue durée. Il revendique « sa conception du présent comme l’intersection d’un futur déjà là et d’un passé encore là » en réaction à un air du temps obsédé par l’instantanéité et qui, trop souvent, tend « à surestimer les changements à court terme et sous-estimer ceux à long terme ».

Polytechnicien et ingénieur des Mines, docteur en économie formé à Berkeley, le fondateur et aujourd’hui président de l’Institut français des relations internationales (IFRI) a, parmi les grands spécialistes des relations internationales, un parcours original qui le sensibilise aux effets des grandes innovations technologiques.

 

Qu’il s’agisse des enjeux liés au dérèglement climatique dans un univers entré dans « l’anthropocène », selon l’expression du chimiste néerlandais et Prix Nobel Paul Crutzen – pour définir une nouvelle ère géologique dominée par l’action de l’homme –, ou qu’il s’agisse des potentialités démiurgiques ouvertes par l’intelligence artificielle, il est à même d’en comprendre les enjeux et surtout de les expliquer clairement sans irénisme ni catastrophisme.

« L’utopie de la mondialisation libérale »Les « temps des troubles », expression évoquant les empires finissants, sont toujours difficilement déchiffrables. Le vieux monde est en train de mourir mais le nouveau n’est pas encore né. D’où la tentation du repli vers l’identitaire. « L’utopie de la mondialisation libérale qui a succédé au rêve du socialisme intégral a encore plus rapidement fait long feu », note Thierry de Montbrial. Citant Paul Valéry, il n’est guère tendre pour les effets d’une Histoire mythifiée qui « enivre les peuples, leur engendre de faux souvenirs

01 janvier 2018 La Syrie au cœur de l'actualité de 2017

01 janvier 2018 "SYRIE, LE CRI ETOUFFE."

Bilan de Trump D'une manière ou d'une autre, nous l'avons fait jusqu'à la fin de 2017.Et quelle année ça a été.

En regardant en arrière, il est presque incroyable combien de dommages l'administration Trump a fait depuis l'inauguration. De la pression des relations internationales à l'enrichissement des entreprises au détriment des Américains pauvres, les politiques que le président a défendues ont eu un impact sur tous les aspects de la société.La communauté scientifique ne fait pas exception, car les scientifiques ont ressenti les répercussions des politiques étrangères, fiscales et autres dans leur travail et leur vie.Pour commencer, les départements et programmes de santé et de science ont subi un impact financier important, notamment les compressions budgétaires draconiennes comme la réduction ( steep budget cuts ) de 12,6 milliards de dollars au ministère de la Santé et des Services sociaux (HHS), une diminution de 16,2% par rapport à 2017 être tragique, car HHS est chargé d'administrer Medicare, Medicaid, et l'application des dispositions en vertu de la Loi sur les soins abordables (ACA).Quelque 5,8 milliards de dollars de la réduction budgétaire du HHS proviennent des National Institutes of Health (NIH), qui financent la recherche biomédicale vitale dans les universités et les établissements médicaux à travers les États-Unis, ainsi que dans les institutions de recherche étrangères. Cela entravera la capacité des scientifiques à poursuivre la recherche, dont une grande partie est nécessaire pour protéger la santé humaine.

« L’État est devenu la terreur des faibles.»

2017 vue par Cédric Herrou, citoyen de la vallée de la Roya solidaire des migrants.

« Au cours de l’année, mon domicile est devenu une terre d’asile, “la terre de l’homme fou qui aide sans réfléchir”, disait Ousman, venu du Tchad. Seulement trois hectares de terre protégeant des hommes et des femmes poussés par la volonté de vivre. Un “camp” pour certains, une utopie pour d’autres. Le préfet n’est pas la justice, seule la justice peut entrer en propriété privée. Ici les Noirs pourchassés devenaient des hommes ayant des droits, et le préfet n’en voulait pas.

Cette terre de paix s’est transformée au fil des mois en camp retranché. Ce refuge s’est vu encerclé par les forces armées de l’État français. Jour et nuit, ils étaient des dizaines d’hommes à se relayer pour épier, surveiller, traquer. Sur les routes, les hommes armés ont encerclé le havre de paix, empêchant femmes, hommes et enfants d’accéder aux droits fondamentaux de notre République. L’État est devenu la terreur des faibles. Ici ce n’est plus la France. Ici c’est le Soudan, l’Érythrée, le Tchad, la Somalie, ici, c’est la Libye.

Ça fait peur parfois, surtout la nuit, quand on entend la porte grincer. C’est la nuit qu’on imagine le pire, les rêves font resurgir les émotions de la journée. Les pas du chat noir sur le parquet deviennent des pas de gros gaillards aux crânes rasés. Le bruit du vent dans les arbres devient une perquisition musclée. Le glapissement enroué du renard se transforme en hurlements d’une jeune femme perdue dans la forêt.

Nous étions comme des marins sur un bateau se battant contre le vent violent. Le bateau gîtait à la limite de dessaler :  vus du bateau nous avancions, vus de la terre nous reculions. Les courants nous trompaient. Deux mondes se battaient, le nôtre, sans arme ni violence, et celui orchestré par le préfet. Mais quand on n’a pas d’armes, on utilise ce qu’on a de plus fort en soi, le bon sens, l’amour  et la fraternité.

Briser le bateau d’un marin ne le tue pas, mais lui donne la rage. Pas la rage à laquelle vous pensez, celle qui rend le monde aigri, mais celle qui fait qu’on se sent en vie, celle qui donne envie de se battre pour l’amour de naviguer où bon nous semble.

En début d’année, ma volonté était que l’État prenne le relais, qu’il était de son devoir  de protéger toute personne  en danger. Puis les morts  à la frontière franco-italienne se sont banalisées, la police  et la justice sont devenues  les bras armés d’une politique dérivante et discriminante.  Le pas a été franchi,  je ne pourrai plus rien attendre de cet État, mais je garde confiance en vous, acteurs  de notre société. Que l’année 2018 soit l’année de convergence des luttes, pour que la France redevienne celle des droits des femmes et des hommes, pour  que la politique redevienne  au service du peuple.  Ne nous décourageons  pas, la lutte restera belle  tant que nous aurons confiance en elle. »

Face à une société rongée par les inégalités raciales, les artistes afro-américains ont décidé de ne plus se taire.

Cédric Herrou. « L’État est devenu la terreur des faibles.» Vendredi, 29 Décembre, 2017 L'Humanité Photo : Valery Hache/AFP

Vu le temps actuel, je souhaite une année aussi chaotique que l'année 2017 :)

alors que les riches et les grosses entreprises font l'objet de toutes les attentions et bénéficient de cadeaux sur cadeaux, politique de destruction aussi de l'habitat social, de l'hôpital public, des maisons de retraite et des conditions de travail de leurs personnel (et partant du bien-être de leurs occupants). Je n'ai qu'un souhait Monsieur le roitelet Macron 1er à vous adresser en ce début 2018, que cette année voie l'émergence, cinquante après (il est temps !) d'un nouveau Mai 68, c'est tout ce que votre politique mérite, pour qu'enfin nous retrouvions les valeurs de solidarité, d'humanisme et les jours heureux. Bonne année à Tou(te)s mais pas à Macron et son monde, de ce monde nous ne voulons pas.

nfo'Com-CGT  la vidéo de Info'Com-CGT.16 décembre 2017, 12:22 · 

UN VASTE MOUVEMENT DE GREVES, MAIS INVISIBLE !!!

Jacques Chastaing d'Info'Com-CGT anime pour le syndicat la page Luttesinvisibles. Il revient sur le recensement des luttes dont on ne parle pas ou peu. Point d'étape intéressant.

::: Voir ou télécharger la vidéo sur YouTube
https://youtu.be/R20wpodWbTw

#LoiTravail #CGT #infocomcgt #CestLeMomentDeGagner #LoiTravailNonMerci#CaisseDeGrève #cfdt #Macron #ProgSocial #ElKhomeri #Gattaz #MEDEF#LaurentBerger
#TousEnsemble #FrontSocial #ConvergenceDesLuttes #OnLacheRien #EnMarche#LaMarcheSociale #Faineants #republiquenmarche #PartoutEnFrance #cac40

Vu le temps actuel, je souhaite une année aussi chaotique que l'année 2017 :)

Noire Amérique - 8 épisodes courts

Les artistes afro-américains ont décidé de ne plus se taire. Ils ont repris le flambeau du mouvement Black Power des années 60 et 70 transmuté en #BlackLivesMatter

En savoir plus ARTE.TV 861 partages

31 décembre 2017 L'équipe de «Black Mirror» vous souhaite «bonne année» par anticipation

Accueil - Société - "BONNE CHANCE 2018" - cnikos, "BONNE CHANCE 2018"  - Enkolo

L'équipe de «Black Mirror» vous souhaite «bonne année» par anticipation - Indigné révolté

 Accueil / printemps arabes /Bachar El-Assad, le pouvoir ou la mortSyrie : le cri étouffé - saltabank.over-blog.comSyrie, Irak, Libye… Comment faire du business dans ces pays à ...syd-vicious

01 janvier 2018 "SYRIE, LE CRI ETOUFFE."

Accueil / proche et moyen orient /La Syrie au cœur de l'actualité de 2017 , “Syrie : le cri étouffé” - - citizenkane 

Syrie : la révolution confisquée ? - Indigné Récolté

“Syrie : le cri étouffé” - Citoyenactif 

Syrie – Le cri etouffe -  

Accueil /printemps arabes /Bachar El-Assad, le pouvoir ou la mort - citizenkane

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×