L’Etat islamique à l’heure des franchises 9

n L’Etat islamique à l’heure des franchises

Après le califat (5/5). La défaite du groupe en Irak et en Syrie l’oblige à revoir sa stratégie et à miser sur ses « filiales » installées dans d’autres pays.

 

 
Comment Daech va se transformer - YouTube 

LES FILIALES DE DAECH A L’OFFENSIVE

D’autres branches d’Al-Qaida ont prouvé récemment à la fois leur résilience et leur capacité offensive: la « province du Sinaï »,

La matrice syro-irakienne de Daech et ses différentes branches se doublent désormais de réseaux développés dans le monde entier, animés par une propagande jihadiste certes moins performante, mais toujours aussi porteuse de haine.  Leur passage à l’acte n’est pas forcément lié au « retour » de jihadistes ayant combattu dans la zone syro-irakienne. Il est revanche certain qu’ils profitent partout des tensions politiques ou communautaires: ainsi la Catalogne prise de fièvre indépendantiste a très gravement baissé la garde face à la terreur jihadiste.

N’oublions enfin jamais qu’une « victoire » avait déjà été annoncée avec emphase contre « l’Etat islamique en Irak » en 2011. La contre-insurrection habilement menée par les Etats-Unis à partir de 2007, avec soutien à des forces arabes et sunnites seules légitimes face aux jihadistes, paraissait alors couronnée de succès. Mais les politiques sectaires suivies par le gouvernement irakien et la contre-révolution déchaînée par le régime Assad avaient permis à Baghdadi de reprendre l’initiative, jusqu’à contrôler un territoire aussi étendu que la Jordanie. C’est avec 2011, et non 2014, qu’il faut comparer la « victoire  » actuelle. Les jihadistes étaient alors réduits à environ 700, ils sont aujourd’hui au moins dix fois plus nombreux entre la Syrie et l’Irak. Ils disposent de surcroît de filiales et de relais solides à l’étranger qui faisaient défaut à Baghdadi en 2011.

Surtout, surtout, les mêmes causes produiront implacablement les mêmes effets. En pire. Si la population arabe et sunnite, majoritaire en Syrie, minoritaire en Irak, se voit privée de tout pouvoir réel, voire soumise à de sanglants règlements de compte, les jihadistes apparaîtront tôt ou tard comme un recours. la « victoire totale » contre Daech à une « stabilisation dans la durée » de la Syrie et de l’Irak, ainsi qu’à une « solution politique inclusive et plurielle ». C’est en effet le seul moyen de conjurer enfin le cauchemar jihadiste. "la France soit une fois encore bien seule à prôner une telle solution".

Daech après la chute de son pseudo-califat POST DE BLOG

L’Etat islamique à l’heure des franchises 9

Après le califat (5/5). La défaite du groupe en Irak et en Syrie l’oblige à revoir sa stratégie et à miser sur ses « filiales » installées dans d’autres pays.

Après ces années de braise, le « rêve de la libération » serait-il enfin « une réalité », pour reprendre la formule d’Haïder Al-Abadi début décembre ? Selon les estimations de la coalition internationale conduite par les Etats-Unis, près de 3 000 combattants djihadistes de l’EI sont toujours en activité dans les deux pays. Des effectifs trois fois supérieurs à ceux du groupe en 2009.

Une défaite anticipée

De manière assez paradoxale, le « califat » d’Abou Bakr Al-Baghdadi a anticipé et préparé sa défaite au cours de ses trois années d’existence. En mai 2016, peu de temps avant sa mort, le Syrien Abou Mohammed Al-Adnani, porte-parole du groupe et chef des opérations extérieures, évoquait déjà le retour à la guérilla, actant la fin de « l’Etat » au profit d’une entité aux tactiques purement terroristes.

 
ENQUÊTE L’Etat islamique à l’heure des franchises 9

30 décembre 2017 Comment Daech va se transformer

28/12/2017 Comment Daech va se transformer - Citoyenactif

  1. Accueil -  terrorisme - Is it over for ISIL? ,  Au Sahel, des guerre interminables , 
  2.  La stratégie de la mouche: pourquoi le terrorisme est-il efficace?